Un tradition qui accompagne celle des santons de Provence : planter des lentilles à la Sainte Barbe, le 4 décembre, et les placer dans la crèche. Pourquoi ?

Une histoire antique

Dans les premières années du IIIème siècle vivait au Liban une très jolie jeune fille. Son père, un homme riche nommé Dioscore, se réjouissait de sa beauté mais souhaitait la préserver jusqu’à son mariage. Aussi l’enferma-t-il dans une tour.

Il ignorait que sa fille avait fait un choix spirituel particulier : elle aimait Dieu et trouvait donc inutile de se marier.

C’est d’ailleurs ce qu’il découvrit au retour d’un voyage. Elle avait fait percer une troisième fenêtre dans la tour en l’honneur de la Sainte Trinité. Il entra alors dans une très grande colère en comprenant qu’elle était devenue chrétienne.

Craignant son père la jeune prisonnière décida de s’échapper. La légende raconte qu’elle se nourrissait dans sa fuite de graines et du blé trouvés dans les champs.

Elle fut vite retrouvée et son père exigea du gouverneur de la province sa mise à mort. Quand elle entra dans le cirque de Nicomédie elle refusa publiquement de considérer l’empereur de Rome comme son dieu. Il fallait donc l’exécuter. La tradition rapporte que c’est son père qui lui aurait tranché la tête. Il serait mort foudroyé l’instant d’après.

Quand les chrétiens vinrent demander son corps pour l’enterrer, ils ne purent la nommer que une jeune femme barbare, d’où son nom de Barbara ou Barbe.

Patronne des artilleurs, artificiers, pompiers…

Avec une telle histoire on invoque naturellement Sainte Barbe pour être protégé du feu et de la foudre.

C’est pour cela qu’elle est devenue la sainte patronne des artilleurs, des artificiers, des pompiers, des mineurs et des carriers, et à cause de son nom, des brossiers, des chapeliers et des tapissiers. On l’invoque même en Haute-Saône pour avoir des enfants frisés !

Histoires de lentilles et de blé

Au Liban, en souvenir du blé dans lequel elle s’était cachée, on prépare à la Sainte Barbe une bouillie sucrée faite de blé parfumé à l’anis. De plus, petits et grands se déguisent dans les rues, et les enfants vont chercher des bonbons et des friandises dans les maisons.

En Provence, une bonne germination du blé au cœur de l’hiver est promesse d’abondantes récoltes pour l’année suivante. Aussi confie-t-on à Sainte Barbe les prochaines récoltes : Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn !  (Blé bien germé, c’est la prospérité pour toute l’année)

La levée des lentilles représente aussi Dieu qui grandit dans les cœurs pour naître à Noël !

Avec l’installation de la crèche de l’Avent, la tradition veut donc qu’on plante trois coupelles de blé, symbole de la Trinité. Aujourd’hui, on fait plus facilement germer des lentilles, qui seront levées à Noël ! Elles pourront ainsi égayer la table du réveillon.

 

Si je souhaite approfondir :

« Sainte Barbe : de la tour à la foudre » – Alexandrine Magdala Vayssac – Pour se le procurer

 

Et vous, qu’en pensez-vous ? Venez en parler avec nous par chat’ !

Pour aller plus loin :


ET SI ON PARLAIT DE NOËL ? VIENS CHAT'ER ! 👇



Vous aimez ce site ? Nous réalisons en ce moment une campagne de crowdfunding, aidez-nous