Dans l’année, Noël en famille est un moment merveilleux . Mais pour le vivre il faut parfois se laisser un peu bousculer ! C’est ce qui est arrivé à Huguette MIRABELLE !

UNE NOUVELLE INATTENDUE

Le Noël de Tante HuguetteOuf ! se dit Tante Huguette secouant la neige de son parapluie avant d’entrer dans la pharmacie. Là au moins je serai au chaud !

Elle s’assit en attendant son tour.

– C’est à vous Madame lui dit la pharmacienne avec un sourire.

– Oh c’est vous Madame Mirabelle, je ne vous avais pas reconnue sous votre grosse écharpe. On renouvelle votre ordonnance comme le mois dernier ! Poursuivit-elle en empilant les médicaments sur le comptoir.

– Oui ! répondit Tante Huguette en esquissant un sourire fatigué.  Je suis dans ma mauvaise période. Chaque Noël me rappelle que je suis toute seule depuis la mort de mon mari. Ah je n’aime vraiment pas Noël !

Et vous ne savez pas ce qui me tombe dessus cette année ? » poursuivit-elle en soupirant.

– Non ! dit la pharmacienne en prenant un air intéressé.

– Ma seule nièce, la fille de ma sœur qui est morte il y a deux ans, veut venir passer le 25 décembre à la maison avec son mari et le petit Thomas. confia Tante Huguette en prenant un air désolé.

– Vous en avez de la chance, Madame Mirabelle, comme ça vous passerez Noël en famille ! répondit la pharmacienne avec des yeux pétillants de joie.

Tante Huguette remercia la pharmacienne, et décida qu’elle n’avait vraiment pas de chance, que les gens ne comprenaient pas qu’elle était vieille, veuve, fatiguée et que recevoir, sa nièce, son mari et leur petit drôle, allait lui faire vivre le pire Noël de sa vie.

La neige tombait toujours. Elle décida donc de rentrer bien vite chez elle. Elle verrait pour les courses plus tard. Et puis s’il n’y avait rien pour le 25 et bien elle leur ferait une omelette. C’est très bon les omelettes après tout !

UNE HEUREUSE DÉCOUVERTE

En se réveillant ce matin là Tante Huguette était grognon. On était le 22 décembre et elle n’avait toujours pas trouvé son menu de Noël.

Après avoir déjeuné, pour se changer les idées, elle décida d’aller chercher ses santons qui dormaient la-haut dans le grenier. Alors qu’elle redescendait, on sonna à la porte. C’était Germaine, sa voisine.

Bonjour Huguette, désolée de te déranger, mais j’ai besoin de parler !

Entre donc ! Tu en fais une tête ! Que t’arrive-t-il ? demanda Tante Huguette en l’accompagnant dans la cuisine. Veux-tu une tasse de café ?

Germaine, que Tante Huguette connaissait depuis l’école primaire, lui confia avec des sanglots dans la voix qu’elle allait être seule pour Noël. Aucun de ses enfants ne serait là ! Tante Huguette ne répondit rien. Germaine poursuivit en lui demandant si elle aussi serait seule, espérant secrètement se joindre à elle pour les fêtes.

Eh non, cette année je suis occupée, ma nièce s’est invitée ! marmonna Tante Huguette en guise de réponse.

Sur le pas de la porte, Germaine l’embrassant lui dit : Quelle chance tu as Huguette, tu ne connais pas ton bonheur d’être en famille pour Noël !

Restée seule, Tante Huguette commençait à avoir un peu honte de sa mauvaise humeur. Elle reprit la boîte de santons. Après l’avoir vidée, elle eut la surprise de découvrir, sous le petit ange qu’elle aimait tant, un de ses vieux menus de Noël !

UN CHOIX DIFFICILE

Depuis la visite de Germaine et la découverte du menu de l’Ange, Tante Huguette s’activait. Elle avait fait la crèche sur la commode près de la cheminée. Avec l’accord de sa nièce, elle avait invité Germaine pour le repas du 25 décembre. Celle-ci avait proposé de faire sa fameuse bûche aux marrons.

Tout était réglé et Tante Huguette en prenant quelques minutes de repos dans son fauteuil préféré rêvait au sac de marque qu’elle comptait s’offrir. Depuis trois mois maintenant elle économisait pour cet achat un peu au dessus de ses moyens.

Dans la crèche, à la lumière douce du feu qui crépitait, les santons étaient là immobiles. Marie près de Joseph, l’âne et le bœuf attendant l’enfant Jésus pour le réchauffer. Les bergers regardant leur moutons. Et Tante Huguette commençait à s’interroger . . .

Quel âge a-t-il donc le petit Thomas déjà ? Cinq ou six ans ? Pauvre gosse il n’aura rien de sa grand-mère cette année ! songeait-elle somnolente.

La pendule sur la cheminée sonna. Trois heures ! pensa Tante Huguette. J’ai juste le temps d’aller acheter mon sac. J’espère qu’il n’y aura pas trop de monde en ce 24 décembre !

Elle allait arriver chez le maroquinier quand son regard fut attiré par la vitrine du marchand de jouets. Un magnifique vélo rouge y était exposé ! Elle poursuivit son chemin et s’arrêta devant le maroquinier comme elle l’avait prévu. Le sac était là, lui aussi bien en vue sous la lumière.

Tante Huguette hésitait, elle avait un doute sur l’achat qu’elle devait faire. Enfin elle se décida. Son achat terminé elle rentra chez elle avec son beau paquet.

UN NOËL DE JOIE EN FAMILLE

Depuis tôt le matin Tante Huguette était aux fourneaux. Dans la cuisine on sentait l’odeur délicieuse du canard à l’orange qui dorait dans le four. Germaine venait d’entrer portant sa bûche avec précaution.

Dans la salle de séjour, assis près de la cheminée, Thomas regardait la crèche et près d’elle un paquet entouré d’un gros ruban.

Tatie c’est quoi ce paquet ? criait-t-il de sa petite voix claire.

Tu verras tout à l’heure petit curieux répondait Tante Huguette

Caroline, sa nièce, mettait la dernière main à la table décorée. Et Thomas de nouveau interrogeait : C’est quoi ce paquet, Tatie ?

Le cadeau du petit Jésus à un petit curieux pour Noël ! répondit Tante Huguette en quittant la cuisine. Olivier, le mari de Caroline, avait servi l’apéritif. Tante Huguette souhaita à tous un très Joyeux Noël et prenant Thomas par la main le conduisit vers le paquet. En quelques instants le papier fut déchiré et le vélo rouge apparut. Thomas poussa des cris de joie.

Le repas se passa dans la joie et même la bûche aux marrons de Germaine, qui était moins légère que promis, fut engloutie.

Le Noël de Tante HuguetteAlors qu’elle était assise, Tante Huguette fut rejointe par Thomas qui se blottit contre elle.

Tu sais Tatie, j’étais triste en venant, je pensais à Mamie, mais je crois que t’es aussi gentille qu’elle. Tu veux bien être ma deuxième Mamie !

Tous deux regardaient la crèche et tout à coup Thomas dit tout bas au creux de l’oreille de Tante Huguette : Tatie, je crois que l’Ange près du petit Jésus m’a fait un sourire.

Tante Huguette regarda l’ange et dans la douce lumière de l’après-midi finissant elle aperçut elle aussi son sourire. Doucement elle embrassa Thomas et regardant l’enfant Jésus et le petit ange blond, murmura : Merci pour ce merveilleux Noël en famille !

 


ET SI ON PARLAIT DE NOËL ? VIENS CHAT'ER ! 👇



Vous aimez ce site ? Nous réalisons en ce moment une campagne de crowdfunding, aidez-nous