Epiphanie

Les rois mages, légende ou réalité ? Les rois mages, légende ou réalité ?

Les rois mages, légende ou réalité ?

6 janvier : l’Épiphanie, fête des rois bien connue pour ses galettes avec fèves et couronnes, vient nous rappeler la “manifestation” de Jésus comme Sauveur, par des « mages venus d’Orient ». Ont-ils existé réellement ? Qu’ont-ils offert comme cadeaux au petit Jésus de la crèche ?

Lire plus

Présentation de l’icône de la Nativité et de l’Epiphanie

A la suite de notre premier article, voici une présentation plus longue qui nous permet de méditer avec cette belle icône de la Nativité et de l’Epiphanie.

La lumière de Dieu parmi les hommes

La Lumière de Dieu pénètre les entrailles de la terre, comme elle a pénétré celles de la Vierge Marie. L’Esprit Saint « Projecteur » de la lumière de Dieu a donné Sa Vie à Jésus dans le sein de la Vierge Marie. La longue attente du peuple d’Israël a abouti à la naissance de son Messie.

Dans la grotte de Bethléem, Marie repose sur une couche rouge comme un germe de feu. Elle médite et contemple le mystère insondable de Dieu fait bébé, son bébé et veut partager sa Joie avec nous et avec tout l’univers. Elle ne regarde pas l’enfant mais nous le désigne de sa main : voici l’Emmanuel, « Dieu parmi nous », Dieu en nous.

Jésus emmailloté ressemble à une momie ou à une chrysalide. Il partage avec l’âne et le bœuf une mangeoire préfigurant l’autel du sacrifice de l’agneau pascal ou encore la pierre du tombeau dans la grotte où il reposera avant de ressusciter.

Les animaux

L’âne et le bœuf soufflent sur l’enfant pour le réchauffer mais aussi pour lui transmettre leur vitalité animale comme Dieu a soufflé sur Adam pour lui communiquer la vie divine. Dans le bœuf et l’âne on peut aussi voir, comme Grégoire de Nyssé, dans le bœuf la loi juive qui lie l’homme de son Joug et dans l’âne l’idolâtrie païenne. L’enfant divin va parachever la loi et nous délivrer des faux dieux.

La grotte de Noël

Dans la grotte Jésus naît de Marie comme Fils de la Terre, comme fils de l’Homme. Dans l’autre grotte la scène du bain de l’enfant donné par la sage-femme et la « femme qui verse l’eau » préfigure le baptême du Christ dans le Jourdain par Jean le Baptiste,  « témoin » de Jésus comme Fils de Dieu. Là, l’Esprit Saint descendra sur Jésus et le Père confirmera Sa filiation : « Celui-ci est mon Fils dans l’Amour ».

Joseph est retiré dans « sa grotte » intérieure, en proie à la tentation du Satan (le petit homme noir de profil). Celui-ci essaye de le faire douter de Dieu et de Marie sa fiancée, la nouvelle Eve, comme il l’a fait avec Eve et Adam. Mais encouragé par la voix de son ange au fond de son cœur de juste, il fera confiance même s’il ne comprend pas ce mystère : il prendra Marie chez lui et élèvera Jésus comme son propre fils.

Les anges et les rois mages

Les anges surgissant de l’or de la lumière divine font vibrer de leur « Hosanna » la nuit étoilée, annonçant avec jubilation et vénération la naissance du Messie, en premier lieu aux humbles bergers qui sur leur invitation viendront adorer l’enfant dans la crèche.

Les trois Rois mages, sages étrangers qui ont suivi leur étoile, viennent aussi adorer l’enfant comme Christ-Roi. Ils représentent toutes les nations, tous les hommes de bonne volonté qui cherchent à connaître Dieu avec leur intelligence et lui offrent les richesses de la terre. Ils lui offrent 3 cadeaux royaux hautement symboliques de Ses « fonctions » : de roi par l’or, de prêtre et agneau pascal par la myrrhe du sacrifice et de Dieu par l’encens.

La terre vibre sous l’onde de choc de la descente de Dieu et tressaille de joie. Dans la nuit profonde de Noël, elle s’illumine et produit des plantes lumineuses qui s’inclinent aussi pour saluer le roi de la terre et du ciel né en son sein.

Ainsi cette icône représente le mystère le plus incroyable, le plus merveilleux, le plus déterminant pour l’humanité et pour chacun : celui de l’incarnation et de la « manifestation » (Epiphanie) de Dieu en Jésus son Fils par l’Esprit Saint.

Composition de l’icône

La composition de l’icône est très dynamique, basée sur la diagonale de « projecteur » de l’Esprit Saint et sa symétrique. Elle est animée par les ondes qui parcourent le ciel et la terre. Les personnages sont groupés par trois, chiffre dynamique lui aussi, et forment une ronde centrée sur Marie et Jésus dans la grotte. Il fait nuit, mais la nature et les personnages sont illuminés de l’intérieur.

La grotte symbolise notre intériorité, le fond de notre cœur que doit pénétrer la lumière de l’Esprit Saint (=celui de Dieu) pour y faire naître Jésus et germer l’Homme Nouveau. Pour cela nous devons être des chercheurs de l’essentiel, des veilleurs d’étoile et comme les mages suivre notre étoile jusqu’à découvrir notre « roi » et venir lui offrir les cadeaux de notre vie. Pour cela, comme Joseph, nous devons écouter humblement la voix de notre ange gardien et résister au doute, faire confiance et rester fidèle. Le bain de Jésus, nous rappelle notre propre baptême qui nous a aussi attesté « enfant bien-aimé de Dieu ».

Que la contemplation de cette icône nous aide à découvrir le fabuleux destin qui nous est ouvert par cette Nativité et à manifester la joie de pouvoir le vivre !

Joyeux Noël à tous !

Alain Chenal