réveillon de Noël

D'où vient la dinde de Noël ? D'où vient la dinde de Noël ?

D’où vient la dinde de Noël ?

Christophe Colomb, en 1492, arrive en Amérique et découvre la dinde, oiseau inconnu à l’époque en Europe. C’est donc lui qui nous l’a rapportée. On comprend mieux pourquoi la tradition de la dinde est encore plus forte aux États-Unis, puisqu’avant le XVe siècle, on n’en trouvait que là-bas…

Un peu d’étymologie : la « poule d’Inde » désignait d’abord la pintade, originaire de l’Est africain, avant de servir à nommer notre dinde, qui, elle, vient d’Amérique. Pourquoi l’Inde ? Elle fut aperçue pour la première fois par Christophe Colomb qui se croyait… en Inde !

La dinde de Noël…

On a progressivement remplacé l’oie par la dinde, en raison de ses origines perçues comme exotiques, faisant d’elle un animal rare à déguster un jour de grande fête familiale. Plus grosse que le poulet (elle peut peser jusqu’à une dizaine de kilos), moins onéreuse que l’oie, la dinde fait l’affaire pour nourrir toute une tablée : voici un bon plat à partager pour Noël ! Une autre version plus poétique apparaît : on raconte que Charles Dickens et son populaire “Cantique de Noël” évoque une dinde, faisant d’elle, là encore, un plat de fêtes…

…pour le jour de Noël !

Dans la tradition, le réveillon de Noël se déroule le 24 décembre : la messe de minuit, précédée d’un repas “maigre” (le souper), était suivie d’un repas “gras” le lendemain, avec un plat consistant à base de volaille, pour se remettre du jeûne (messe oblige) et de la veillée de Noël.

Quant aux marrons, c’est un usage du vieux continent, car ce fruit est facile à trouver, au cœur de l’hiver, avant de les intégrer à la farce : sachant tout cela, n’en soyez plus les dindons !