Connaissez-vous La Crèche, ce poème de Noël de Charles Péguy ?

Les solives du toit faisaient comme un arceau.

Les rayons du soleil baignaient la tête blonde.

Tout était pur alors et le maître du monde

Était un jeune enfant dans un pauvre berceau.

 

Sous le regard de l’âne et le regard du bœuf

Cet enfant reposait dans la pure lumière.

Et dans le jour doré de la vielle chaumière

S’éclairait son regard incroyablement neuf.

 

Le soleil qui passait par les énormes brèches

Éclairait un enfant gardé par du bétail.

Le soleil qui passait par un pauvre portail

Éclairait une crèche entre les autres crèches.

 

Mais le vent qui soufflait par les énormes brèches

Eût glacé cet enfant qui s’était découvert.

Et le vent qui soufflait par le portail ouvert

Eût glacé dans sa crèche entre les autres crèches

 

Cet enfant qui dormait en fermant les deux poings

Si ces deux chambellans et ces museaux velus

Et ces gardes du corps et ces deux gros témoins

Pour le garer du froid n’eussent soufflé dessus.

 

Sous le regard du bœuf et le regard de l’âne

Cet enfant respirait dans son premier sommeil.

Les bêtes calculant dedans leur double crâne

Attendaient le signal de son premier réveil.

 

Et ces deux gros barbus et ces deux gros bisons

Regardaient s’éclairer la lèvre humide et ronde.

Et ces deux gros poilus et ces deux gros barbons

Regardaient sommeiller le premier roi du monde.

 

Charles Péguy

Cela t’inspire ? Viens en parler avec nous sur le chat’ !

chat'e avec nous !

Un autre poème de Noël :

Pour aller plus loin :


ET SI ON PARLAIT DE NOËL ? VIENS CHAT'ER ! 👇



Vous aimez cette plateforme ? Aidez notre association, qui ne vit que de dons, par un don, maintenant, même petit : aidez-nous