La présence dans l’espace public d’un ‘arbre de Noël – ou sapin de Noël –  est-elle une entorse à la laïcité française, comme la crèche ? S’agit-il de symboles religieux ?

Arbre de Noël, sapin de noël, crèche… même combat pour la laïcité ?

Certains l’affirment : les non-chrétiens oublient souvent que l’arbre de Noël est un symbole religieux de Noël. Est-ce au même titre qu’une crèche ?

Tout d’abord, dépend de la définition du symbole religieux : s’il s’agit de tout ce à quoi on peut attacher une signification religieuse, alors oui, l’arbre de Noël – comme le sapin de Noël – est un symbole religieux.

De fait, de nombreux chrétiens ont attaché une signification religieuse à l’arbre de Noël (par exemple, l’arbre de vie, à la fois en Eden et au Calvaire).

Mais si un symbole religieux d’une fête est considéré comme un objet tangible intrinsèquement attaché à cette fête, et sans lequel la fête ne serait pas la même, alors non, car la célébration de Noël ne nécessite pas d’arbres de Noël.

Les arbres de Noël sont une décoration que les chrétiens ont intégrée à leur célébration de la fête au fil des siècles.

Ils ne se sont répandus dans le monde anglophone que lorsque des parents allemands de la famille royale britannique ont introduit cette coutume en Grande-Bretagne aux 18e et 19e siècles.

Les chrétiens ont justifié cette coutume par des motifs religieux en expliquant que l’arbre à feuilles persistantes pouvait symboliser la vie éternelle.

Aujourd’hui encore, dans de nombreux pays traditionnellement catholiques, on accorde beaucoup plus d’importance à la coutume chrétienne beaucoup plus ancienne qui consiste à ériger des crèches, une tradition attribuée à saint François d’Assise (1181-1226). Ne serait-ce que parce que le petit-Jésus y est représenté !

Crèche de Noël et Sapin de Noël, place Saint-Pierre, au Vatican

Alors, bien que les arbres de Noël soient une coutume appréciée dans de nombreux pays, ils ne sont pas nécessaires à la célébration de la fête de Noël et sont loin d’être aussi symboliques de la fête que la crèche.

Si l’on admet qu’un symbole religieux doit être compris comme un objet tangible intrinsèquement lié à cette fête, alors les arbres de Noël sont à Noël ce que les dreidels sont à Hanoukka – une coutume appréciée mais pas un symbole religieux !

Coutume… ou culture ?

De ce point de vue – culturel ? – la présence d’un arbre de Noël dans l’espace public, comme le sapin de Noël, n’est pas une entorse à la laïcité. Les militants de l’athéisme peuvent donc dormir sur leurs deux oreilles… surtout la nuit de Noël.

D’accord, pas d’accord ? Dites-le nous sur le chat’ !

 

chat'e avec nous !Pour aller plus loin :


ET SI ON PARLAIT DE NOËL ? VIENS CHAT'ER ! 👇



Vous aimez cette plateforme ? Aidez notre association, qui ne vit que de dons, par un don, maintenant, même petit : aidez-nous