Saint Nicolas, saint patron des enfants et des écoliers, fêté le 6 décembre, est à l’origine de cette tradition des chaussettes de Noël suspendues à la cheminée.

L’évêque Nicolas entendit un jour parler d’un homme qui avait perdu tout son argent. Ce dernier avait trois filles en âge de se marier. Hélas, il ne pouvait payer leur dot. La nourriture commençait à manquer et cette famille s’enfonçait dans la pauvreté…  C’est le cœur plein de tristesse que le père décida que les filles allaient être vendues à des proxénètes et qu’elles ne pouvaient plus rester au foyer familial… Nicolas, apprenant cela, voulut agir.

Or la nuit précédant leur départ, l’aînée lava ses chaussettes, les plaça devant le feu de la cheminée pour les faire sécher et alla se coucher avec le reste de la famille. Le lendemain matin, la famille découvrit que dans ses chaussettes était placée une bourse remplie d’or, assez d’or pour nourrir la famille et payer la dot de l’aînée. On imagine la scène :

– Papa, mes chaussettes sont remplies d’or !

– Dieu soit loué, répondit son père, quel miracle !

Elle pouvait se marier : comme ils étaient heureux ! Le jour suivant, un autre sac d’or fut découvert et c’est la dot de la sœur cadette qui allait pouvoir être honorée. Le père jubilait mais ils se demandaient tous qui pouvait bien être à l’origine d’un tel cadeau… de Noël avant Noël ! Surtout gratuitement, sans rien de demander en retour.

La nuit suivante, persuadé que l’opération allait être renouvelée, le père décida de se cacher et d’observer ce qui se passait dans la pièce. Cela faisait des heures qu’il attendait tapis dans un coin et le sommeil commençait à le gagner, quand, soudain, un bruit le réveilla : c’était un petit clic accompagna la chute d’un sac d’or, tombant dans la pièce. Rapidement, le père sortit de la maison et se rendit près de la fenêtre où était apparu le sac, et qui trouva-t-il ? C’était l’évêque Nicolas !

Le père lui demanda :

– Nicolas, est-ce bien toi ? Merci pour ton aide, je ne sais comment te remercier !

– S’il te plaît, répondit l’évêque, ne me remercie pas, remercie Dieu d’avoir exaucé tes prières.

Puis il lui fit promettre de ne raconter cette histoire à personne et disparut. L’homme ne tint pas ses promesses, car le lendemain, toute la ville en fut informée et le bruit se répandit en peu de temps dans toute la province. L’homme put marier ses filles et toute la famille fut heureuse. Depuis, la coutume veut que les jeunes filles qui cherchent un mari s’adressent à saint Nicolas pour qu’il guide leur choix. Après tout, Dieu peut bien agir à travers ce saint, la preuve !

La tradition des chaussettes de Noël perdure encore

Cette tradition des chaussettes de Noël perdure naturellement d’où elle vient, en Europe. Ainsi, en Allemagne, « Santa Klaus » (l’autre nom de Saint Nicolas) est fêté la nuit du 5 au 6 décembre. Ce soir-là, tous les enfants déposent leurs chaussures sur le pas de leur porte d’entrée ou devant leur cheminée. Le lendemain matin, ils y trouvent une friandise ou un petit cadeau. En Croatie, c’est Saint Nicolas et Sainte Lucie qui sont aussi honorés le 6 et le 13 décembre.

Ces soirs-là, les enfants accrochent leur chaussette de Noël à la fenêtre pour découvrir leur surprise le lendemain matin. En Grande-Bretagne, cette tradition des chaussettes de Noël s’appelle le « Christmas stocking ». Personne n’oublie alors de suspendre sa chaussette de Noël au pied de son lit !

Mais c’est sans conteste en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis que cette tradition des chaussettes de Noël reste la plus présente. Ainsi, aux USA, on accroche aussi les cartes de vœux et de longues chaussettes aux portes ou aux montants du lit, s’il n’y a pas de cheminée. Il faut dire que là-bas, on y fête aussi Thanksgiving un peu avant Noël : une tradition elle aussi issue des sociétés européennes paysannes, pendant laquelle on remerciait Dieu par des prières et des réjouissances pour les bienfaits que l’on avait pu recevoir pendant l’année !

Pour aller plus loin :