La tradition des marchés de Noël remonte au XIVe siècle en Allemagne et en Alsace, sous le nom “Marché de Saint Nicolas”. Le premier document évoquant un marché de Noël est daté de 1434 sous le règne de Frédéric II de Saxe, évoquant un “Striezelmarkt” (littéralement marché de la brioche !) qui a eu lieu à Dresde le lundi précédent Noël. Ils furent rebaptisés plus tard “ChristKindlMarkt”, pour “marché de l’Enfant Jésus”.

Au XIXe siècle, le marché de l’Enfant Jésus de Strasbourg avait lieu 8 jours avant Noël, et jusqu’à la messe de minuit. Un important renouveau des marchés de Noël a lieu au milieu des années 1990 : de nombreuses villes en Europe instaurent leurs propres marchés de Noël avec des chalets et parfois des attractions, comme la crèche de Noël. Après tout, n’est-ce pas normal de rendre au Bon Dieu ce qui lui appartient ?

Produits régionaux ou artisanaux ont fait leur apparition, sans oublier de quoi se restaurer : vin chaud traditionnel, cannelle, gâteaux en tout genre. Désormais, on peut aussi y trouver des livres et des jouets… Mais attention, restons attentifs à rappeler, avec bienveillance et assurance, que le vrai sens de Noël n’est pas commercial : c’est la venue du Christ parmi les hommes !

Pour un Noël plus écologique

Comment ne pas abuser des marchés de Noël, et de Noël tout court ? On peut veiller aux excès liés à l’ambiance consumériste en cherchant à vivre un Noël plus écologique : privilégier les produits locaux et de saison, éviter le gaspillage alimentaire. Et si l’on aime pas les marchés de Noël, on peut tout aussi bien aller se recueillir dans une église ou même se rendre à la messe de minuit !

Pour aller plus loin :

Vidéo en complément : d’où vient la tradition des marchés de Noël ?