Le 25 décembre 2006, le pape Benoît XVI a rappelé le véritable sens des cadeaux de Noël, et de Noël tout court. Il a expliqué que Noël « est devenu la fête des dons, pour imiter Dieu qui s’est donné lui-même à nous ». Et de donner ce conseil : « quand pour Noël tu fais des cadeaux, ne fais pas de cadeau seulement à ceux qui, à leur tour, te font des cadeaux, mais donne à ceux qui ne reçoivent de personne et ne peuvent rien te donner en échange ».

Avec Noël, Dieu s’est rapproché de nous

Il n’est plus loin. Il n’est plus inconnu. Il n’est plus non inaccessible à notre cœur. Il s’est fait enfant pour nous et il a par là dissipé toute ambiguïté. Il s’est fait notre prochain, restaurant encore de cette manière l’image de l’homme qui, souvent, nous apparaît aussi peu aimable. Dieu pour nous s’est fait don. Il s’est donné lui-même. Il prend du temps pour nous. Lui, l’Éternel qui est au-delà du temps, a assumé le temps, il a tiré vers le haut notre temps, près de lui.

Noël, fête des cadeaux et des dons

Le pape redonne ici le véritable sens des cadeaux de Noël : Noël est devenu la fête des dons, pour imiter Dieu qui s’est donné lui-même à nous. Faisons en sorte que notre cœur, nos âmes et notre esprit soient touchés par ce fait. Parmi les nombreux dons que nous achetons et que nous recevons, n’oublions pas le vrai don : de nous donner les uns aux autres quelque chose de nous-mêmes. De nous donner les uns aux autres de notre temps. D’ouvrir notre temps pour Dieu. Ainsi s’évanouit l’agitation. Ainsi naît la joie, ainsi se crée la fête. Et rappelons-nous dans les repas festifs de ces jours la parole du Seigneur : « Quand tu donnes un banquet, n’invite pas ceux qui t’inviteront à leur tour, mais invite ceux qui ne sont invités par personne et qui ne sont pas en mesure de t’inviter » (1). Et cela signifie aussi précisément : quand, pour Noël, tu fais des cadeaux, ne fais pas de cadeau seulement à ceux qui, à leur tour, te font des cadeaux, mais donne à ceux qui ne reçoivent de personne et ne peuvent rien te donner en échange. C’est ainsi que Dieu a agi : Il nous invite à son festin de noces, pour lequel nous ne pouvons rien donner en échange, que nous pouvons seulement recevoir avec joie. Imitons-le. Aimons Dieu et, à partir de lui, aussi l’homme, pour redécouvrir ensuite, à partir des hommes, Dieu de manière renouvelée.

Le Sauveur, cadeau pour l’humanité toute entière

Aux bergers, il fut dit qu’ils auraient trouvé l’enfant dans une mangeoire pour animaux, qui étaient les vrais habitants de l’étable. Relisant le livre d’Isaïe (2), les Pères ont déduit que, près de la mangeoire de Bethléem, il y avait un bœuf et un âne. En même temps, ils ont interprété le texte dans le sens où ce serait un symbole des Juifs et des païens – donc de l’humanité entière –, qui ont besoin, les uns les autres et chacun à sa manière, d’un sauveur : de ce Dieu qui s’est fait petit enfant. L’homme, pour vivre, a besoin de pain, du fruit de la terre et de son travail. Mais il ne vit pas seulement de pain. Il a besoin de nourriture pour son âme: il a besoin d’un sens qui remplit sa vie. Ainsi, pour les Pères, la mangeoire des animaux est devenue le symbole de l’autel, sur lequel est déposé le Pain, qui est le Christ lui-même : la vraie nourriture pour nos cœurs. Et nous voyons encore une fois qu’il s’est fait petit : sous l’humble apparence de l’hostie, d’un petit morceau de pain, Il se donne lui-même à nous.

Regarder Noël avec la simplicité des bergers

C’est de tout cela que parle le signe qui a été donné aux bergers et qui nous est donné : l’enfant qui nous a été donné ; l’enfant en qui Dieu s’est fait petit pour nous. Prions le Seigneur, a conclu le pape Benoît XVI, de nous donner la grâce de regarder en cette nuit la crèche avec la simplicité des bergers, pour recevoir ainsi la joie avec laquelle ils repartirent chez eux (3). Prions-le de nous donner l’humilité et la foi avec lesquelles saint Joseph regardait l’enfant que Marie avait conçu du Saint-Esprit. Prions qu’il nous donne de le regarder avec l’amour avec lequel Marie l’a regardé. Et prions qu’ainsi la lumière de Noël, que virent les bergers, nous illumine, nous aussi, et que s’accomplisse dans le monde entier ce que les anges chantèrent en cette nuit : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes, que Dieu aime ». Amen !

Et pour vous, quel est le véritable sens des cadeaux de Noël ? Venez en parler avec nous  sur le chat’ !

chat'e avec nous !

Pour aller plus loin :


Notes :

(1) cf. Evangile de Luc chap. 14,  versets 12-14.

(2) La Bible, livre d’Isaïe (1,3)

(3) cf Evangile de Luc 2, 20


ET SI ON PARLAIT DE NOËL ? VIENS CHAT'ER ! 👇



Vous aimez cette plateforme ? Aidez notre association, qui ne vit que de dons, par un don, maintenant, même petit : aidez-nous