Jésus avait-il des frères et soeurs ? Noël y change-t-il quelque chose ? Jésus avait-il des frères et soeurs ? Noël y change-t-il quelque chose ?

Jésus avait-il des frères et soeurs ?

Jésus avait-il des frères et soeurs ? Noël aurait-il changé quelque chose à la virginité de Marie ? Deux questions pour le prix d’une !

Premier fait étonnant, alors que nombreux personnages de la vie de Jésus sont souvent dépeints dans la Bible avec force détails, aucun frère de Jésus qui aurait été identifié comme tel n’a été décrit avec précision… Pourtant, le Nouveau Testament mentionne à plusieurs reprises les “frères” de Jésus.

La Vierge Marie n’aurait pas eu d’autres enfants

Selon les catholiques, Marie n’a pas eu d’autres enfants : quoi de plus logique qu’elle se soit donnée entièrement à sa vocation de mère de Dieu ? Deux autres arguments interviennent en faveur de l’absence de frères et soeurs de Jésus. Le premier : à la différence de ses frères, seul Jésus est désigné dans l’Évangile comme « le fils de Marie » (1). Le second est une question : pourquoi Jésus, sur la Croix, aurait-il confié Marie à Jean (2) si des frères et des sœurs de sang auraient dû et pu la prendre chez eux ?

Ces arguments sont détaillés dans les explications du Catéchisme de l’Église catholique, qui affirme en substance (3) :

« L’approfondissement de sa foi en la maternité virginale a conduit l’Église à confesser la virginité réelle et perpétuelle de Marie même dans l’enfantement du Fils de Dieu fait homme. En effet, la naissance du Christ n’a pas diminué mais consacré l’intégrité virginale de sa mère. La liturgie de l’Église célèbre Marie comme la ἀειπάρθενος, c’est-à-dire celle qui est « toujours vierge »… et qui le reste. A cela, on objecte parfois que l’Écriture mentionne des frères et sœurs de Jésus. L’Église a toujours compris ces passages comme ne désignant pas d’autres enfants de la Vierge Marie : en effet Jacques et Joseph, “frères de Jésus” (4), sont les fils d’une Marie disciple du Christ qui est désignée de manière significative comme “l’autre Marie” (5). Il s’agit de proches parents de Jésus, selon une expression de l’Ancien Testament selon laquelle les “frères” ont une acceptation large (6). »

« Salut mon frère ! »

Une autre explication possible : au IVème siècle, le savant Jérôme estimait que les mots utilisés pour dire “frère”, en araméen (langue maternelle de Jésus) comme en grec (langue du Nouveau Testament), pouvaient aussi signifier “cousin”. Du coup, on peut aussi comprendre que la Bible évoque seulement des cousins de Jésus !

Pour l’Eglise catholique, Jésus est donc le Fils unique de Marie, et la maternité spirituelle de Marie s’étend à tous les hommes qu’Il est venu sauver : “Elle engendrera son FIls, dont Dieu a fait “l’aîné d’une multitude de frères” (7), c’est à dire de croyants, à la naissance et à l’éducation desquels elle apporte la coopération de son amour maternel.

Dans un passage de l’Evangile, Jésus affirmait aussi que ses frères et sœurs étaient ceux qui écoutaient et mettaient en pratique sa Parole, dépassant toute question d’une fratrie biologique. Ces frères et sœurs sont une multitude selon l’apôtre Paul (6), et nous en sommes !

Alors, convaincus ?

Pour aller plus loin :

 

Notes :

(1) Marc 6, 3 ou Actes 1, 14

(2) Jean 19, 25-27

(3) Numéros 499 et 500 du Catéchisme de l’Eglise catholique (CEC)

(4) Matthieu 13,55

(5) Matthieu 28,1

(6) Cf dans le livre Genèse : Gn 13,8 ; 14,16, 29,15, etc.

(7) Lettre de Saint Paul aux Romains, chapitre 8, verset 29.

Commentaires (0)

Laisser un commentaire.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires contiennent un *.