Quelle est la signification religieuse de Noël, pour les chrétiens ?

Noël est pour beaucoup et, à juste titre, une fête liée à la tradition, qui permet un moment de retrouvailles en famille, l’occasion de s’offrir des cadeaux et de vivre des moments inoubliables. Mais n’est-ce que ça ? C’est aussi et, avant tout, une fête chrétienne. Laquelle ? Vous le saurez en lisant cet article…

Sens premier de Noël

Noël vient du latin Dies Natalis qui signifie « jour de naissance ». Effectivement, l’évènement commémoré est la naissance de Jésus, Dieu fait homme, qui vient prendre notre humanité pour nous sauver : évènement incroyable que Celui qui est au-dessus de tout, qui a tout créé, vient se faire petit enfant… Il s’abaisse pour nous relever. La date du 25 décembre n’est, évidemment, pas historiquement prouvée, mais l’Église a voulu la retenir car elle correspondait à une fête païenne qui était celle de la lumière, solstice invaincu, l’époque où les jours commencent à rallonger, et donc la lumière dure plus longtemps. Jésus est cette lumière qui brille dans les ténèbres.

La naissance de Jésus est racontée dans les évangiles de saint Matthieu et saint Luc. Et plusieurs historiens de l’époque, comme Flavius Josèphe, ont attesté de l’existence de Jésus.

Noël, pour les chrétiens

Mais quelle signification revêt Noël pour les chrétiens ? Comme je l’ai dit précédemment, c’est cette irruption de l’Éternité dans l’Histoire, Dieu qui, comme dit saint Irénée, « se fait pleinement homme pour que l’homme soit pleinement Dieu ». Dieu se fait enfant pour venir nous sauver : il ne veut pas sauver l’homme malgré lui, sans lui. Noël constitue, avec Pâques, une des fêtes majeures de l’année.

C’est pourquoi, il y a un temps de préparation appelé l’Avent, du latin Adventus, qui signifie : « il vient ». C’est l’occasion de préparer nos cœurs à accueillir Dieu et rappeler qu’il ne s’agit pas simplement d’un évènement historique qu’on commémorerait, comme le 14 juillet, mais d’une venue qui se fait encore et sans cesse dans notre vie, pour peu que nous l’accueillions.

A l’image de Dieu qui s’est fait pauvre jusqu’à naître sur la paille dans une étable, il nous faut, nous aussi, reconnaître nos pauvretés pour être prêt à recevoir ce cadeau immense qui nous est fait. C’est un mystère d’enfance : un enfant ne se pose pas de question, il fait confiance, il s’émerveille et sait être joyeux naturellement. Et c’est cette invitation qui nous est faite, de redécouvrir cette grâce d’enfance, enfouie en nous…

Alors, n’ayez pas peur de l’enfant qui sommeille en vous. Au fait, qu’est-ce que Noël change dans votre vie ? Venez et discutons-en sur le chat’ !

Pour aller plus loin :

 

« Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils qu’elle appellera Emmanuel (c’est-à-dire : Dieu-avec-nous). »

Isaïe 7,14