Interview de Juan Manuel Cotelo, réalisateur du film Ce ne sera pas notre dernier Noël, actuellement sur vos écrans.

Comment avez-vous réussi à réaliser un film drôle sur un sujet aussi sérieux que celui de la rupture familiale ?

Toutes les difficultés de la vie peuvent être traitées au cinéma avec délicatesse et gentillesse, pour redonner de l’espoir. Des films comme La vie est belle de Benigni ou Les temps modernes de Chaplin abordent des questions dramatiques avec de l’humour, de la bonne musique, une bonne photographie, de bons acteurs… et le résultat est bienfaisant et joyeux. Dénoncer ou diagnostiquer un problème, c’est bien… mais ce n’est pas suffisant.

Le défi de Ce ne sera pas notre dernier Noël est d’inviter à l’espérance, de fournir de vraies solutions et d’offrir de la lumière dans l’obscurité. Pour cela, la musique joyeuse et la bonne humeur sont des alliés extraordinaires.

Parlons des protagonistes : en tant que réalisateur, a-t-il été difficile de trouver des acteurs jouant une famille aussi « normale » ?

Je pensais que ce serait un processus long et coûteux, surtout pour trouver les enfants, car ils devaient à la fois très bien jouer, chanter et danser. En outre, ils devaient se soumettre à la discipline d’un long tournage, avec de nombreuses répétitions préalables. J’avais prévu de faire le casting de nombreux candidats mais, à ma grande surprise, cela n’a pas été nécessaire.

En effet, un jour, à Valence, j’ai rencontré une famille très sympathique, passionnée de musique. Et c’est là que j’ai fait leur rencontre (Belen et Irina)… J’étais tellement enthousiaste dès le premier rendez-vous que je n’ai même pas lancé de casting ! Non seulement elles chantent et jouent magnifiquement bien, mais elles dégagent aussi beaucoup de sympathie et de joie. Et elles présentent très bien. Les deux jeunes actrices principales sont des sœurs dans la vraie vie. Et par leur intermédiaire, j’ai ensuite rencontré aussi leur frère dans la fiction Angel (Juan Sánchez), qui s’est avéré être aussi un crack.

Faire jouer des enfants est toujours un défi, mais qu’en est-il des personnages adultes ?

Tant Mamen García – qui joue la grand-mère – que Teresa Ferrer et Carlos Aguillo -qui jouent
les parents- ont une très solide expérience de la comédie, du chant et de la danse. Leur travail a été récompensé par des prix prestigieux, tant dans le domaine de l’interprétation que dans celui des comédies musicales. Mais ce qui me marque le plus personnellement, c’est que ce sont des personnes passionnées, créatives et simples, avec lesquelles c’est un plaisir de travailler. Cela peut paraître cliché de le dire comme cela, mais c’est vraiment un luxe de les
avoir.

Qu’est-ce que ce film a que les autres films n’ont pas ?

Comme il s’agit d’une comédie, le premier effet est qu’il provoque est le rire – le public rit avec plaisir, tout au long du film ! Mais il pleure aussi d’émotion, oui, car la voix des enfants envoie un message fort, appelant à plus d’amour dans les foyers, plus d’unité dans les familles. Et ce message passe haut et fort, droit au cœur. Une personne m’a dit, en sortant du cinéma : « J’ai hâte de rentrer à la maison et d’embrasser ma femme ». Je lui ai répondu que c’est pour cela que nous avons produit ce film.

La première semaine dans les salles en Espagne a été un succès (au moment de sa sortie). Il s’est positionné parmi les 10 films les plus vus, aux côtés de titres de grandes sociétés de production et de distribution. Qu’en pensez-vous ?

Le démarrage a été fabuleux, grâce à la confiance des premiers spectateurs. Mais il y a encore beaucoup de Noël devant nous et la concurrence est féroce. Nous nous sentons comme Tom Pouce, jouant au basket contre une équipe de géants. Chaque nouveau jour sur le panneau d’affichage est une grande conquête.

Parlez-nous des satisfactions qu’il y a à réaliser un tel film ?

C’est plein de satisfactions ! Et bien sûr, il y a des difficultés, mais elles n’ont guère de poids, si vous
vous concentrez sur toutes ces choses positives que vous trouvez en chemin. La chose la plus positive, sans aucun doute, est la certitude de produire un fi lm qui aidera ceux qui le verront, et ne se contentera pas de seulement les divertir pendant un moment. Nous l’avons constaté avec toutes nos productions. Une seule personne disant « ce fi lm nous a aidés à nous aimer davantage dans notre famille » justifie tout le travail que nous avons accompli. Mais le cinéma est beau, du premier au dernier jour. La seule chose que nous pourrions qualifier de « difficile » est le financement de chaque projet. Mais même dans ce domaine, il a été merveilleux de découvrir combien de personnes se sont jointes à ce projet avec générosité, pour défendre et promouvoir l’unité familiale, à travers le cinéma. En bref : tout a été satisfaisant, nous n’avons que des raisons d’être reconnaissants !

Viens en parler avec nous sur le chat’ !

chat'e avec nous !

Pour aller plus loin :


ET SI ON PARLAIT DE NOËL ? VIENS CHAT'ER ! 👇



Vous aimez cette plateforme ? Aidez notre association, qui ne vit que de dons, par un don, maintenant, même petit : aidez-nous